La Pologne demande des éclaircissements à la France

La Pologne demande des éclaircissements à la France

La Pologne demande des éclaircissements à la France  » après que des soldats aient été surpris en train de plonger illégalement dans des décombres de la Seconde Guerre mondiale « .

Le ministère polonais des Affaires maritimes a déclaré à Euronews qu’il allait demander des éclaircissements aux autorités françaises après avoir affirmé que ses soldats avaient été vus en train de plonger illégalement sur le site de l’épave du Wilhelm Gustloff de la seconde guerre mondiale.

Un avion de patrouille a vu des soldats français du dragueur de mines FS Pegase – dans la région dans le cadre d’une opération d’entraînement conjointe avec des marines polonais – plonger près de l’épave le 5 juin, rapporte une radio RMF.

Un corps a depuis été retrouvé sur le site.

Le MV Wilhelm Gustloff a été construit en 1937 pour le parti nazi comme paquebot de croisière pour les fonctionnaires et travailleurs allemands, mais il a été réquisitionné en 1939 dans le cadre de l’effort de guerre et reconverti en navire hôpital.

Alors que l’armée soviétique avançait sur la Prusse orientale, les préparatifs commencèrent pour l’évacuation massive des troupes et des civils allemands sous le nom de code Opération Hannibal. Entre 8 000 et 10 000 soldats et civils auraient embarqué à bord du Wilhelm Gustloff avant son départ de Gdansk à midi le 30 janvier 1945.

Il a coulé neuf heures plus tard après avoir été touché par trois torpilles d’un sous-marin soviétique. Moins de 1 300 personnes ont survécu à l’attaque, ce qui en fait la plus grande catastrophe maritime de l’histoire.

L’épave, située à environ 40 km au nord de la ville côtière de Łeba, est considérée comme une tombe de guerre depuis 1994. En vertu de la législation polonaise, la plongée est strictement interdite dans un rayon de 500 mètres autour du site, l’autorisation d’entrer dans le périmètre n’étant accordée que par le bureau maritime de Gdynia afin d’empêcher les chasseurs de trésors de piller le site.

Contacté par les autorités polonaises à l’époque, le commandant du navire français aurait déclaré qu’il n’était pas au courant de l’interdiction d’entrer dans la zone.

Les soldats français ont également alerté les autorités polonaises qu’ils avaient vu un corps à l’intérieur de l’épave, qui a été retrouvé un jour plus tard par des plongeurs polonais.

Les médias locaux pensent que c’est le corps de Robert Szlecht, disparu en juillet 2012 lors d’un voyage de plongée entre amis.

patrick