Henry Homeyer : Conseils pour un potager réussi

Henry Homeyer : Conseils pour un potager réussi

Selon l’endroit où vous vivez – un creux froid, une colline ou près d’un grand plan d’eau – vous pouvez être prêt à commencer à planter le potager – ou non. Quoi qu’il en soit, il y a beaucoup à faire avant que vos plantes ne s’enfoncent dans le sol. Voici quelques conseils à prendre en considération.

À mon avis, il ne sert pas à grand-chose de planter des graines ou des semis tant que le sol ne s’est pas suffisamment réchauffé. Un thermomètre du sol vous indiquera quand il atteint 60 degrés à quelques centimètres sous la surface du sol ; 60 degrés est bon même pour les cultures de temps froid comme les épinards et les pois, mais vous pouvez les planter dans un sol plus frais. Un sol froid et humide peut pourrir les graines et décourager les semis.

L’automne dernier, j’ai couvert mon jardin de feuilles et de paille ; je commence à travailler dans le potager en les ratissant. Cela permettra au sol d’absorber directement la chaleur du soleil. Si je suis pressé, il m’arrive de couvrir quelques rangées de plastique transparent et de sceller les bords avec de la terre ou du paillis pour que la chaleur s’accumule.

Par une journée ensoleillée, il se lèvera à plus de 100 degrés sous un plastique transparent, ce qui lui permettra également de cuire et de tuer de nombreuses graines de mauvaises herbes en germination. Il ne tuera pas les mauvaises herbes vivaces ni les graminées, car les racines survivront même les jours les plus chauds sous le plastique. Le plastique noir retient également la chaleur, mais il est légèrement moins efficace pour chauffer le sol.

Je ne crois pas au rototillage, sauf peut-être en mélangeant une épaisse couche de compost à un nouveau lit, et même là je recommande un travail superficiel du sol. La rototilation donne un bel aspect au jardin, mais elle n’est pas bonne pour tuer les mauvaises herbes. Il ne fait que couper ces racines vivaces et les répandre. Au lieu d’avoir cent mauvaises herbes, tu peux en avoir mille. Les organismes du sol ont tous trouvé l’endroit idéal pour vivre ; le fait de remuer le sol ne fait que perturber leur habitat.

Après avoir ratissé le paillis dans les allées, je désherbe. Oui, j’ai désherbé l’automne dernier. Mais j’aurai manqué beaucoup de petits, et d’autres ont déjà germé à partir de graines. Je préfère le désherbeur CobraHead. Cet outil courbé passe sous les mauvaises herbes, détache les racines et me permet d’obtenir facilement la plante et l’ensemble de son système racinaire. Bien sûr, vous avez probablement un outil préféré et ce qui fonctionne le mieux pour vous est le bon outil. CobraHead fait une version à long manche, mais je me penche volontiers vers l’herbe.

Entre-temps, j’ai endurci mes débuts dans le secteur des légumes et je continuerai de le faire. Tout comme vous ne mettriez pas un bébé au soleil sans crème solaire, je ne mettrai pas mes tomates dans le jardin sans préparation.

Je commence par mettre les appartements des semis sur une terrasse qui n’a que quelques jours de soleil matinal. Puis je leur donne le soleil du matin et quelques heures de soleil de l’après-midi. Après quelques jours, ils sont prêts à prendre le soleil toute la journée. Les tiges sont devenues plus fortes, les feuilles sont habituées au vent et au soleil, et elles sont prêtes à planter.

Quand dois-je planter ? J’ai planté des semis d’épinards vers le 8 ou le 10 mai. Les plants de laitue et de chou frisé poussent dans mon cadre froid qui réchauffe le sol et les garde au chaud la nuit. Mais mes tomates ? J’attends bien au-delà de la dernière chance pour que le gel s’installe. Je sais aussi qu’ils bouderont – et cesseront de pousser – si le sol est trop froid ou s’il fait trop froid la nuit. Je les ai portées à l’intérieur la nuit pendant le processus de durcissement.

Les plantes qui se portent bien à des températures plus fraîches sont les suivantes : roquette, betteraves, brocoli, choux de Bruxelles, choux, carottes, céleris-raves, choux frisés, choux-raves, laitues, poireaux, oignons, persil, pois, pommes de terre, radis, rutabagas, épinards et bettes. Tout le reste, en particulier les patates douces, les tomates et toutes les cultures de vigne, peut être sérieusement retardé par des nuits fraîches et tué par le gel.

C’est maintenant le bon moment pour planter quelques plants de vigne dans de petits pots à l’intérieur. J’ai passé un moment terrible avec le scarabée rayé du concombre. Si je plante des graines à l’extérieur, les coléoptères apparaissent miraculeusement la nuit où les graines germent et mangent ces deux premières petites feuilles. Ça tue la plante. Mais si j’ai des vignes de 15 cm de long avec quelques vraies feuilles, les coléoptères peuvent mâcher les feuilles, mais ils ne les tueront pas. Les flocons, les courges, les pastèques et les citrouilles sont tous attrayants pour ces vilaines créatures.

Une autre façon de protéger les cultures contre les insectes maraudeurs et les créatures à fourrure est de les recouvrir d’un mince tissu agricole appelé couverture de rangée – aussi appelé Reemay ou Agribon (noms commerciaux). Ce truc laissera passer le soleil, ainsi que l’humidité et l’air. Vous pouvez le draper directement sur les plantes ou l’étirer sur des cerceaux métalliques qui sont vendus à cette fin.

Il est offert en rouleaux de 5 pieds de largeur, parfaits pour un grand lit surélevé. Vous devez acheter des agrafes en terre pour les épingler. Il existe en différentes épaisseurs ; les plus épaisses garderont les choses plus chaudes, mais laisseront passer moins de lumière.

Plus tard, lorsque vos gerbes et vos courges commenceront à fleurir, vous devrez enlever les couvertures, car les insectes pollinisent les plantes. Les poivrons et les aubergines bénéficient de la chaleur supplémentaire contenue dans les couvertures des rangées et sont pollinisés par le vent. En général, ils se débrouillent bien sous la couverture des rangs.

patrick