Encore un mois d’avril léthargique pour les ventes de maisons dans la région métropolitaine de Vancouver : Chambre immobilière

Encore un mois d’avril léthargique pour les ventes de maisons dans la région métropolitaine de Vancouver : Chambre immobilière

VANCOUVER – Les ventes de maisons sont demeurées léthargiques dans la région métropolitaine de Vancouver en avril et les analystes immobiliers reprochent au gouvernement son manque d’activité.

Selon la Chambre immobilière du Grand Vancouver, les ventes de maisons résidentielles du mois dernier étaient de 43,1 % inférieures à la moyenne des ventes d’avril sur 10 ans.

Dans l’ensemble de la région, les ventes d’avril ont totalisé 1 829, une baisse de 29 % par rapport à l’année précédente, mais le conseil indique que l’activité a légèrement augmenté de 5,9 % depuis mars.

L’apathie du marché se reflète également dans les prix, le conseil ayant indiqué que le prix de référence composé des propriétés résidentielles de la région métropolitaine de Vancouver est actuellement de 1 008 400 $, soit une baisse de 8,5 % sur douze mois et un recul de 0,3 % depuis mars.

La présidente de la Chambre immobilière, Ashley Smith, blâme l’intervention du gouvernement pour la tiédeur du marché.

Selon elle, le test de tension imposé par le gouvernement fédéral a réduit le pouvoir d’achat des acheteurs d’environ 20 %, ce qui a amené les acheteurs débutants à se débattre pour obtenir du financement.

« En plus de réduire les ventes de maisons, la répression de l’activité immobilière par le biais de la politique gouvernementale nuit au marché du travail, à la croissance économique et à la demande refoulée « , affirme M. Smith dans une déclaration, ajoutant que plus de maisons sont à vendre dans la région métropolitaine de Vancouver qu’à tout autre moment depuis octobre 2014.

« Cette tendance concerne davantage la réduction de la demande que l’augmentation de l’offre « , dit-elle.

« Le nombre de nouvelles inscriptions sur le marché chaque mois (est) conforme à nos moyennes à long terme. C’est la réduction de l’activité commerciale qui permet aux inscriptions de s’accumuler. »

Un peu plus de 14 000 maisons sont actuellement mises en vente dans la région métropolitaine de Vancouver, ce qui, selon le conseil, représente une augmentation de 46 % en un an et un bond de 12 % depuis le décompte du mois dernier.

Le ratio des ventes aux inscriptions en vigueur a également reculé de près de un pour cent depuis mars, pour s’établir à 12,7 pour cent en avril.

Le calcul reflète le rapport entre le nombre de maisons vendues et le nombre de nouvelles inscriptions sur le marché. Répartie par type de propriété, elle se situe à 9,4 % pour les maisons individuelles, 15,4 % pour les maisons en rangée et 15,3 % pour les appartements en copropriété.

Les analystes s’attendent à une pression à la baisse sur les prix lorsque le ratio tombe sous les 12 % pendant plusieurs mois, alors que les prix des maisons ont tendance à grimper lorsque le ratio dépasse 20 %.

En avril, le prix de référence d’une maison individuelle était de 1 425 200 $, soit une baisse de 11,1 % en un an et un recul de 0,8 % par rapport au prix du mois précédent.

Le prix de référence d’un condo dans la région métropolitaine de Vancouver était de 656 900 $, en baisse de 6,9 % par rapport à avril de l’an dernier, mais inchangé depuis mars 2019.

Les prix des maisons en rangée n’ont pas non plus changé d’un mois à l’autre, mais le conseil indique que l’indice de référence de 783 300 $ d’avril est de 7,5 % inférieur à celui d’avril de l’an dernier.

patrick